19th Fajr International Open Chess Tournament

                                                                                                                                                                                                                                           


 

Compte-rendu Liens Classement Reportages photos

 

La 19e édition de l'Open International Fajr a eu lieu du 25 février au 7 mars 2011 à Mashhad, dans la province du Khorasan, en République islamique d'Iran.

C'est le grand-maître hollandais, Sergei Tiviakov (2623), qui l'a emporté sur le score de 8,5/11 avec une performance de 2651 elo, ex-æquo avec sept autres joueurs dont l'ancien champion du monde Fide, le grand-maître ouzbek Rustam Kasimdzhanov (2681). Un joli premier prix de 8000 $ récompense cet infatigable chasseur d'open.  Le montant total des gains était de 40 000 $ en cash.

246 joueurs ont pris part à cet évènement majeur, 24 GMI, 16 MI et 10 MF. Outre les 208 joueurs locaux, c'est la Géorgie qui était la plus représentée avec 10 participants. On comptait également des joueurs indiens ou iraquiens mais surtout des membres d'anciennes républiques de l'Union Soviétique. Un joueur suédois et un belge avaient également fait le déplacement.
Chaque fédération nationale avait l'opportunité de nommer et d'envoyer un joueur comme joueur officiel invité. Ces joueurs bénéficiaient de conditions équivalentes aux GMI : participation gratuite, hôtel en pension complète et transfert pris en charge de l'aéroport jusqu'à l'hôtel.
Les parties avaient lieu tous les jours à 17h sauf le premier jour et le vendredi suivant où 2 rondes étaient prévues. Le samedi juste avant la dixième ronde était un jour de repos.

 

L'Iran est un fantastique pays à découvrir, très différent de ce que les occidentaux en ont comme image. La grande majorité des touristes sont même pratiquement 100% positifs par rapport à leurs expériences. Les incidents sont très rares mais bien sur très médiatisés.
L'accueil y est formidable. Nous étions cinq joueurs à arriver un jour en retard suite à un vol Turkish Airlines annulé pour de mauvaises conditions météo. A notre descente d'avion vers 1h du matin, nous avons été conduits, avec un bus différent des autres passagers, vers un salon VIP où nous attendaient un officiel aidé d'un traducteur ainsi que du thé, du café et des biscuits. Ils se sont occupés de rassembler nos passeports pour les faire contrôler puis de les ramener accompagnés de tous nos bagages.
Les Iraniens sont très sociables et il n'y a aucune peine à partager de nombreuses conversations sur divers sujets. Ils revendiquent fortement leurs différences par rapport aux arabes et paraissent même plus européens de multiples façons. La proximité de Mashhad avec l'Afghanistan leur inspire plutôt crainte car la drogue est considérée comme un important danger et les frontières avec ce pays sont dès lors très surveillées.

On ne sent pas de pauvreté particulière mais plutôt une importante pollution due au trafic automobile intense et à des prix du carburant très bas. Téhéran se rapproche des plus mauvais élèves de la planète. Avec 1,5 million de tonnes d'agents polluants (monoxyde de carbone) rejetés dans l'atmosphère, liés à 80 % à la circulation automobile, l'air de la capitale iranienne flirte avec des niveaux de pollution inquiétants. Mashhad, à ce niveau, n'est pas beaucoup mieux lotie.

Les conditions météo à Mashhad sont à peu près équivalentes à la Belgique car, malgré sa latitude, la ville est située à 981m d'altitude.

Mechhed ou Mashhad (en persan : مشهد) est la deuxième plus grande ville d'Iran et une des villes les plus saintes du chiisme. Elle attire vingt millions de pèlerins chaque année. Située au nord-est de l'Iran, capitale de la province du Khorasan-e-razavi située à plus de 900 km à l'est de Téhéran. Elle est surnommée la ville aux  visages.
Mashhad signifie "lieu de martyr", d'après la mort par empoisonnement, en 818, du huitième imam des chiites duodécimains l'imam `Alî ar-Ridâ par le calife abbasside Al-Ma'mûn. C'est cet empoisonnement, deuxième grande perte des musulmans chiites face aux sunnites après le "massacre" de Karbala (680), qui a conféré à Mashhad son rôle de ville religieuse et de lieu de pèlerinage pour tous les chiites duodécimains.
Son économie est basée sur la fabrication de tapis (de très grande qualité et à des prix bien moindres que chez nous) et les industries textiles, chimiques, pharmaceutiques et alimentaires. Le tourisme y est également très présent grâce au sanctuaire de l'Imam Reza qui attire énormément de pèlerins chaque année. De nombreuses universités de grande qualité attirent également des étudiants de toute l'Asie. La jeunesse bénéficie d'ailleurs d'un niveau élevé d'éducation. Son aéroport permet des connexions avec différentes capitales alentours.
La ville est jumelée avec Kuala Lumpur (Malaisie) mais aussi Saint-Jacques-de-Compostelle (Espagne).

Avec 50 000 touristes recensés, l'Iran ne figure pas au rang des destinations les plus prisées du globe. C'est à la fois une chance et une erreur car sa culture est trois fois millénaire et elle aimante littéralement celui ou celle qui s'y colle. Comment rester en effet insensible à la beauté de ses paysages et d'un patrimoine mêlant les références antiques, artistiques et religieuses, le tout servi par l'extraordinaire hospitalité du peuple iranien.
Ce territoire abrite plusieurs sites classés, à juste titre, patrimoine de l'humanité par l'Unesco.
La superficie de l'Iran est plus de trois fois celle de la France. 71 millions d'habitants au total (deux fois plus qu'en 1976 !) dont 7 millions peuplent sa capitale Téhéran (12 millions avec la banlieue). Cet exceptionnel taux de croissance a considérablement renforcé la part de la jeunesse. Globalement, les moins de 25 ans constituent 60 % de la population. Le taux d'urbanisation est de 66,3 % et les grandes villes voient leurs habitants augmenter encore plus rapidement.
La langue officielle est le farsi (persan) mais on y parle aussi le turc, kurde, arabe, lors, baloutche.
90 % des Iraniens sont musulmans chiites mais on y trouve aussi des sunnites (9 %) et d'autres religions également reconnues par la Constitution : chrétiens (0,7 %) et juifs (0,1 %) disposent de représentants au Majlis (Parlement) !
La monnaie est le rial (15 000 IRR = 1 EUR). Il n'y pas de possibilités de payer à l'aide de cartes ni autres chèques de voyage, donc il faut prévoir suffisamment d'argent liquide pour l'échanger sur place. La vie y est bien moins chère qu'en Europe et on peut facilement manger un repas complet pour à peine 5 euros. Ou encore bénéficier de l'accompagnement d'un chauffeur de taxi pour vous guider durant toute une matinée pour un montant assez dérisoire (prix du carburant oblige). Sur place, le litre de Super non subventionné revient à environ 40 cents maximum...
L'alcool est prohibé en vertu de la loi islamique.
Le calendrier officiel est solaire. L'année, divisée en douze mois, débute le jour de l'équinoxe de printemps : le 21 mars (Norouz). Pour passer de l'année grégorienne à l'année iranienne, il suffit de retrancher 621 (2011-621 = 1390).
La censure est encore présente sur Internet mais la plupart des jeunes contournent ces interdits en installant des programmes pirates sur leurs ordinateurs.
La plupart des femmes portent le hidjab ou le voile islamique (intégral). Mais, on peut croiser quelques femmes portant des voiles très légers. Depuis 2009, une femme a fait son entrée au gouvernement, une première depuis la proclamation de la République Islamique d'Iran en 1979.
Le Président de la République actuel est Mahmoud Ahmadinejad. Il a été élu au suffrage universel pour un mandat de quatre ans, renouvelable une fois. Le chef suprême de la religion a droit de veto sur tout. Le Rahbar-e enqelāb (رهبر انقلاﺏ, en français "Guide de la révolution ») est le plus haut responsable politique et religieux en Iran. C'est l'Ayatollah Khamenei qui a pris ce titre à la mort de l'Ayatollah Khomeini. La Constitution de la République Islamique, de nature théocratique, affirme la primauté du religieux sur le politique et repose sur la charia (loi islamique).
L'Iran se dispute la place de premier producteur mondial de pistaches avec les Etats-Unis. Le Khorasan en est une des principales zones de culture. Originaire d'Iran, le safran pénètre en Europe au Moyen-Age par l'Espagne et après le retour des Croisés. Avec une production annuelle de 150 tonnes, le pays représente à lui seul 70 % de la production mondiale. Le sud du Khorasan en est également une des principales régions de culture. Les tapis persans, d'origine très ancienne, ont des nœuds asymétriques. Ils sont souples et présentent un dos plat et uni. Plus les nœuds sont serrés et nombreux, plus les motifs apparaissent nets et sans flou, et plus ils sont chers.
Les pasdarans et bassidjis, gardiens de la révolution, veillent au respect des bonnes mœurs. Les étrangers qui respectent la tenue islamique et les lois en vigueur dans le pays ne seront cependant jamais importunés par la police. Il ressort que l'Iran est très sûr, même l'un des pays le plus sûr du Moyen-Orient. Il faut cependant mieux éviter certaines régions et certaines zones frontières (Irak, Afghanistan,...).

Les Iraniens constituent l'un des plus vieux peuples de l'Histoire. Ils le savent et sont fiers de leur culture millénaire. Très patriotes, extrêmement hospitaliers, généralement fins et perspicaces, c'est le plus souvent un plaisir de s'entretenir avec eux des sujets les plus variés. La jeunesse manifeste souvent à l'égard des étrangers une rare curiosité. Il n'est pas rare d'être entourés d'enfants voulant simplement vous saluer et vous serrer la main chaleureusement.
Quelques mots et expressions : bonjour : salam; merci : motashakkeram; oui : balé; non : nakheir; s'il vous plaît : lotfan; merci : mersi; restaurant : restoran; hôtel : hotel ou mehmunkhuné; taxi : taksi.

Le jour de repos et de prière est le vendredi qui correspond donc à notre dimanche. Les commerces sont en général fermés ce jour-là.

Un visa est nécessaire avant de partir. Une simple demande au consulat accompagné du passeport et d'une photo et il sera obtenu une semaine après.

 

Liens intéressants :
- Site officiel
- Wikipedia
- Guide Petit Futé sur l'Iran
- Forum de voyages en Iran
- Daily Photos sur Mashhad
- Convertisseur de calendrier
- Site web de l'Ayatollah Khamenei
- Site du Président de la République
- Documents de voyage (site des Affaires Etrangères)
- Consulat iranien
- Iran Focus
 

Classement final :

Final Ranking 19th Fajr International Open Chess Tournament

Classement et résultats complets ici (246 joueurs)


 

Voici un petit reportage photo effectué lors de ma visite du 29 janvier 2011
(cliquez sur une des images afin d'ouvrir la galerie photos correspondante).

 
L'étape à Istanbul :
To open the gallery, click on one of the photos !
 
Istanbul Istanbul Istanbul

 
Le tournoi :
To open the gallery, click on one of the photos !
 
19th Fajr International Open Chess Tournament 19th Fajr International Open Chess Tournament 19th Fajr International Open Chess Tournament

 
La cérémonie de clôture du tournoi :
To open the gallery, click on one of the photos !
 
19th Fajr International Open Chess Tournament 19th Fajr International Open Chess Tournament 19th Fajr International Open Chess Tournament

 
Tourisme à Mashhad et ses environs :
To open the gallery, click on one of the photos !
 
Mashhad Mashhad Mashhad